A new documentary film Vodavos – Tomcar Permafrost…

A new documentary film “Vodavos – Tomcar Permafrost (Porteur d’eau en Sibérie)” has been released this autumn 2014! 

Tomcar-Initiative has been launched in order to promote research within the field of terrestrial organic matter characterization in aquatic ecosystems. It has the ambition to regroup several research project on various environments with a common research topic.

jacquette

 

“… Climate change is one of the major environmental modifications related to the industrial era. Global warming is not uniform and global climate models project the strongest future warming in the high latitudes. Until now these environments were far less studied than environments at lower latitudes. Most of Arctic rivers drain large permafrost or seasonally frozen areas. The top of the permafrost soils thaws during summer. This active layer plays a crucial role in arctic regions because most ecological, hydrological, biogeochemical and pedogenic activities take place within it. With the expected warming temperature in these regions, the overall area of permafrost is decreasing along with the increasing depth of the active layer. The combination of these two direct consequences of climate change will drastically modify biogeochemical cycles (particularly carbon cycle) of the region. With climate change, and subsequent increasing depth of the active layer, a larger proportion of accumulated soil organic carbon is released to freshwater ecosystems. Beyond organic matter quantities, this last assessment stresses the need of further research on composition and quality of these increasing organic carbon fluxes. Indeed, if most of the organic carbon transferred to the Arctic Ocean is labile and available for degradation, its fate is crucial for biogeochemistry and climate researchers, since it would constitute a positive feedback of climate change through CO2 and CH4 emissions. The object of this research project is to improve our understanding of organic carbon cycle in Arctic River basins, with a particular focus on carbon transfer from soils to rivers based on morphoedaphic characteristics. In order to achieve this goal we decided to work on watersheds with various permafrost influences and with the combination of two complementary tools: Geographic Information System and biogeochemical analysis of river organic carbon (elemental, isotopic and molecular)more info >> “. 

 

VODAVOS from Arnaud MANSAT on Vimeo.
 

Le projet TOMCAR Permafrost (Terrestrial organic matter characterization in Arctic River through molecular and isotopic an alyses, FP7 – PEOPLE – 2010- RG), est un projet européen qui porte sur l’analyse moléculaire et isotopique de la matière organique dissoute des fleuves arctiques.

“… Le changement climatique est une des modifications majeures de l’environnement reliées à l’ère industrielle.

Le réchauffement global n’est pas uniforme et les modèles globaux du climat prédisent un réchauffement futur relativement plus important dans les hautes latitudes.

Jusqu’à présent, ces environnements étaient largement moins étudiés que ceux situés à des latitudes plus basses. La plupart des rivières arctiques drainent de vastes zones de pergélisol continu ou discontinu. La partie supérieure de ces sols, particulièrement riche en carbone organique, fond chaque année pendant la période estivale. Cette couche active joue un rôle déterminant dans ces régions car l’essentiel des processus écologique, hydrologique, biogéochimique et pédogénétique y prennent place. Les contaminants (notamment) métalliques ont également tendance à s’y accumuler depuis le début de l’ère industrielle et sont fortement associés à la matière organique. Avec les prévisions d’augmentation des températures, la superficie de pergélisol diminue et l’épaisseur de la couche active augmente.

La combinaison de ces deux processus, conséquences du changement climatique, va grandement modifier les cycles biogéochimiques dans ces régions, notamment celui du carbone organique. En effet, ces processus vont conduire à une libération importante des flux de carbone organique des sols et des tourbières et à une augmentation de leurs transferts vers les écosystèmes aquatiques. L’augmentation des concentrations de carbone organique dissous (COD) est particulièrement bien documentée dans ces régions mais très peu d’études ont été menées sur la source (sols forestiers, tourbières, sols agricoles) et la qualité (nature et état de dégradation) de ce COD. Pourtant, au- delà des quantités de CO carbone organique exportées dans les rivières et les fleuves vers l’Océan Arctique, il est crucial de déterminer la composition et la qualité de ce flux supplémentaire de matière organique. En effet, si la plupart du carbone organique transféré vers l’Océan Arctique est labile et dégradable (disponible pour la dégradation biologique), son évolution peut modifier considérablement les cycles biogéochimiques des éléments.

Il constituerait d’une part une rétroaction positive au changement climatique avec une émission accrue de CO2 et de CH4 mais également, il participerait au transfert préférentiel des éléments métalliques qui se sont accumulés dans les écosystèmes arctiques depuis le début de l’ère industrielle…”.

Sites web :
TOMCAR : www.tomcar.fr – Arnaud Mansat : www.arnaud-mansat.fr

Contacts
Contact réalisation :contact@arnaud-mansat.fr – Contact chercheur : roman.teisserenc@ensat.fr

This post is also available in: 法语, 英语, 西班牙语